Janvier en chiffres

Par rapport au mois de décembre, la part du courrier indésirable dans le trafic de messagerie a diminué de 0,5% pour atteindre en moyenne 77,6%. La part des messages d'hameçonnage représentait 0,03% de l'ensemble des messages électroniques, soit une baisse de 0,11% par rapport au mois de décembre.

En décembre, 2,75% des messages électroniques contenaient des fichiers malveillants, soit 1 points de plus que le mois passé.

Survol des principaux événements du mois

Vacances de Noël et du Nouvel An

Au début du mois de janvier, le facteur principal déterminant le contenu des messages non sollicités a été les fêtes de fin d'année. Cela peut paraître étrange, mais le courrier indésirable a également pris des vacances. Le graphique ci-dessous démontre que du 1er au 10 janvier, la part de messages non sollicités dans le trafic de messagerie était sensiblement inférieure à la normale

Part du courrier indésirable dans le trafic de messagerie en janvier 2011

Il ne faut pas oublier que lorsque nous parlons de la part de courrier indésirable, il ne s'agit pas de valeurs absolues, mais de valeurs relatives. Elles dépendent non seulement du volume du trafic de messagerie, mais également du volume de courrier normal. Si l'on part de la réduction du volume de courrier indésirable au cours des premiers jours du mois de janvier en chiffres absolus, alors le nombre de messages non sollicités a été divisé par cinq ou par six.

Nous pouvons affirmer sans crainte que cette baisse est due à la réduction de l'activité des réseaux de zombies. Comme vous le savez, la majorité des messages non sollicités est diffusée à l'aide de réseaux de zombies. Durant les fêtes de fin d'année, de nombreux ordinateurs infectés sont restés éteints et par conséquent n'ont pas pu diffuser du courrier indésirable. Le fait que les « vacances » des réseaux de zombies aient coïncidé avec les fêtes du nouvel an et non pas avec le Noël occidental, confirme l'hypothèse selon laquelle l'organisation de la diffusion de courrier indésirable à l'échelon mondial est entre les mains de structures russes ou, plus exactement, post-soviétiques. Cela confirme la rumeur selon laquelle de nombreux citoyens de l'ex-URSS se trouvent derrière les réseaux de zombies et les partenariats est très répandue. L'accalmie dans la diffusion de courrier indésirable au début du mois de janvier s'inscrit dans ce scénario : les gestionnaires des réseaux de zombies et les maîtres des partenariats ont probablement pris des vacances.

? partir du milieu du mois de janvier, le volume de courrier indésirable a retrouvé son niveau d'avant les vacances.

.../...