Kaspersky Lab, mène depuis plusieurs années différentes études dédiées à la sécurité des réseaux sans fil et au nouveau phénomène du Wardriving à travers le monde. Le laboratoire a élargi ses recherches à l'occasion d??InfoSecurity 2006. Premiers constats : 49% des réseaux londoniens n??utilisent pas de chiffrement des données ! Cet indice est bien inférieur à la moyenne mondiale de 70%, à la moyenne moscovite de 68-69% et à la moyenne pékinoise de 59%.

Comme l??auront certainement remarqué les fidèles lecteurs des articles analytiques publiés sur les sites de Kaspersky Lab dont VirusList, Kaspersky Lab est particulièrement sensible aux problèmes posés par les réseaux sans fil et les protocoles de transfert de données. Le monde qui nous entoure est toujours plus mobile, et équipé d??une pléthore de moyens de communications. Il s??agit là d??un fait relativement récent, digne d??intérêt aussi bien pour les pirates que pour les sociétés de sécurité informatique. La situation se complique : les réseaux sans fil et les protocoles ne se sont pas encore débarrassés de leurs « maladies infantiles » et leur utilisation par des utilisateurs lambda peut se révéler très dangereuse.

Nous effectuons des recherches régulières dans ce domaine afin d??établir un schéma de la situation réelle et, dans la mesure du possible, de mettre le doigt sur les problèmes existants. Les objets principaux de notre recherche sont les points d??accès WiFi et les appareils mobiles avec support du protocole Bluetooth. Dans le cadre de nos recherches, nous avons publié des rapports sur les réseaux sans fil dans les villes chinoises de Pékin et Tientsin, sur les réseaux au CeBIT 2006 (Hanovre, février 2006), un article sur les virus pour téléphones mobiles et les problèmes posés par le protocole Bluetooth.

.../...